Le NFC Forum, consortium d’industriels, et l’institution de normalisation européenne Etsi, vont travailler à l’interopérabilité des solutions d’échange de données sans contact. Le paiement sur mobile est l’usage le plus exploré du NFC.

Ce rapprochement vise à promouvoir des standards communs afin de permettre une interopérabilité entre les technologies faisant appel au NFC (Near Field Conmmunications), notamment dans les domaines de la téléphonie mobile et des cartes à puce. L’accord signé entre les deux organismes doit aussi déboucher sur la définition de programmes de test et de certification des solutions NFC.

Le NFC voit ses premières applications se mettre en place en Europe. Les constructeurs de téléphones mobiles tablent sur une généralisation des puces NFC dans leurs produits en 2013. En France, l’usage le plus évoqué est celui du micropaiement (20 euros maximum) par le biais d’un téléphone mobile. L’application n’est pas sans rappeler celle manquée du porte-monnaie électronique Moneo.

D’autres usages sont également étudiés, notamment dans les transports grâce à l’intégration d’un titre Navigo de la RATP dans un téléphone, ou encore la carte de fidélité embarquée. Le NFC se propose ainsi de faire du mobile, un terminal concentrant de nombreuses applications de la vie courante.

Des projets pilotes avec sept banques à Caen et Strasbourg

Reste encore à se mettre d’accord sur le choix des standards, y compris en matière de sécurité, et aussi à définir la répartition des bénéfices de ces nouveaux services entre les acteurs : opérateurs, constructeurs, banques…

Dans l’Hexagone, opérateurs mobiles et banques se sont déjà rapprochés dans un groupe baptisé Payez Mobile, afin de permettre l’interopérabilité de leurs solutions. Dans la grande distribution, des pilotes aussi se mettent en place. Intermarché teste, par exemple, le paiement sans contact à Louvigny, dans le Calvados, grâce à des caisses munis de lecteurs NFC. D’autres expérimentations sur cette technologie sont également menées à Caen et à Strasbourg grâce au partenariat entre sept banques.

Source : http://www.zdnet.fr/