Il y avait le lapin connecté à Internet. Aujourd’hui, Violet lance le miroir qui reconnaît les objets de votre environnement. La société française, fondée par Olivier Mével et Rafi Haladjian, s’est fait connaître fin 2005 en commercialisant un lapin électronique capable de se connecter à Internet en Wi-Fi, le Nabaztag. Une seconde version plus récente pouvait même lire certains livres pour enfants équipés d’une puce sans contact (RFID). Les éditions Gallimard et Nathan ont signé un accord avec l’entreprise.

« Nous avons vendu 280.000 exemplaires de ces lapins, explique Rafi Haladjian. Mais, depuis le début, notre volonté est d’offrir un service aux utilisateurs. L’objet est secondaire. C’est ce que nous allons faire avec Mirror. »

Ce nouveau produit sera commercialisé fin octobre. Trois fois moins cher que le lapin (entre 39 et 45 euros), le Mirror est en fait un lecteur de puce RFID qui se connecte sur le port USB de l’ordinateur. Il est fourni avec deux petits lapins (baptisés «Nanoztags ») et trois timbres (les « Ztamps »). Chacun de ces objets contient une puce communicante sans contact, lisible par le Mirror. « L’idée est simple : il s’agit de lier un site Internet ou une action particulière à chacune de ces cinq puces. Vous pouvez par exemple coller un timbre sur votre parapluie et demander à ce qu’un site Internet de météo s’ouvre sur votre ordinateur quand votre parapluie passe à proximité du Mirror », ajoute Rafi Haladjian.

Autre exemple, en collant un timbre sur un coquillage ramassé sur la plage, l’utilisateur a la possibilité de lier cet objet à des images et des sons du souvenir de vacances stockés sur l’ordinateur. Si nécessaire, les utilisateurs pourront acheter des paquets de 12 timbres supplémentaires afin de connecter d’autres objets. Les associations entre une puce et un objet sont enregistrées par l’utilisateur sur un site édité par Violet. La société française espère écouler quelques milliers d’exemplaires de son Mirror d’ici à la fin de l’année.

Gadget destiné aux technophiles pour les uns, ou précurseur de futurs usages de l’Internet des objets pour les autres, cette initiative ne laisse personne indifférent. D’ailleurs, Violet n’est pas le seul à proposer ce genre de produit. Alcatel-Lucent vient de commercialiser le Tikitag sur le site de commerce en ligne Amazon aux Etats-Unis. « On prévoit de faire une présentation de ce produit en Europe. Il a été développé par une unité en Belgique financée par Alcatel-Lucent Ventures », a expliqué une porte-parole de l’entreprise. D’autres objets intégrant des puces communicantes pourraient également se connecter à ses plates-formes telles que certains téléphones mobiles ou encore des cartes sans contact d’accès au métro. Mais, à ce jour, le passe Navigo de la RATP n’est pas compatible avec les lecteurs RFID de Violet et d’Alcatel-Lucent.

Source : www.lesechos.fr