Le forum Ocova est une vitrine sur les solutions communicantes. Il s’est déroulé à Gap du 8 au 10 septembre. Les participants se préoccupent de la vie de tous les jours dans les domaines de la santé, de l’industrie ou de la gestion de la cité.Longtemps annoncés, les produits communicants sans fil ne vont pas tarder à investir la vie quotidienne. Le forum Ocova qui s’est tenu à Gap, a été l’occasion de les passer en revue. En voici trois exemples : 

1. Un patch NFC et Bluetooth pour GSM
Le téléphone mobile est un moyen idéal pour effectuer des transactions sans contact mais les appareils équipés de puce NFC sont encore peu nombreux en France (seulement deux modèles chez Nokia et Sagem). Pour contourner cette difficulté, l’entreprise aixoise Twinlinx a conçu un patch à coller au dos des téléphones : « Notre étiquette associe un composant NFC et un module Bluetooth chargé de la connexion avec le téléphone mobile. C’est un moyen idéal pour déployer massivement des applications sans contact, quel que soit le type de téléphone utilisé par les usagers, explique Antoine Filipe, un des directeurs de Twinlinx. La société prévoit de commercialiser ce produit dés la fin de 2008, complétant ainsi son offre de modules NFC M-linkX et S-LinKX qui sont aussi compatible RFID.

2. Le couteau suisse de la sécurité
Bien connue des franciliens utilisateurs du Pass Navigo pour les transports en commun, l’étiquette radio NFC risque de se voir confiner dans un seul type d’application si elle ne peut évoluer en toute sécurité. Plusieurs entreprises se sont donc penchées sur le problème et proposent des solutions ad hoc. « Notre société Neowave associe les technologies de la carte à puce, du sans contact et de la clé USB pour se connecter sur PC et sur le Web, explique un responsable de l’entreprise.

La société propose des modules (baptisés Weneo) de ce type. Ils supportent les transactions sécurisées, en ligne (via l’interface USB) ou sans contact (via le composant radio embarqué), offrent une capacité de données importante (selon le module flash implémenté), et constituent une plate forme multi-applicative compatible avec les infrastructures existantes. On peut personnaliser l’objet par insertion d’une photo, voire d’un capteur biométrique pour prise d’empreinte.

Ce type d’objet ouvre la porte à de multiples usages. « Nous concevons des systèmes de contrôle d’accès pour les entreprises (porte d’entrée, poste de travail, photocopieur, machine à café, service de restauration) mais aussi pour le secteur du tourisme. Avec un module NFC rechargeable par port USB, on peut stocker dans un même support, des droits et la clé d’entrée d’un appartement locatif, un forfait pour le ski, un billet pour le transport en commun local et tout autre « ticket virtuel » que l’on peut imaginer, commente Pierre Vollaire, initiateur d’Ocova et fondateur d’ARD une société basée à Gap qui développe des applications à la demande, notamment sur les modules conçus par Neowave.

3. La publicité
La publicité sur mobile n’est jugée efficace que si elle est ciblée c’est-à-dire dirigée vers l’usager selon son profil. « La collecte des données personnelles est très encadrée par la réglementation européenne et reste l’apanage des opérateurs. Notre solution repose sur le consentement de la « cible » qui exprime volontairement ses préférences. Cette démarche s’effectue directement sur le téléphone, mais sans transmission d’aucune donnée personnelle. La diffusion de la publicité s’effectue ensuite par l’intermédiaire d’un personnage 3D, un agent logiciel actif qui interagit avec l’utilisateur. Elle privilégie une mise en scène ludique sous forme de clips, les spots pouvant être différés, évènementiels ou géolocalisés, explique Georges Maurel, président de prim’Vision.

Présentée officiellement au dernier congrès 3GSM de Barcelone, la technologie Prim Channel et la plate-forme sécurisée TrustChip ont été testées par plusieurs opérateurs dont Télécom Italia.
Source : www.reseaux-telecoms.net