Le portable va démultiplier ses usages grâce au déploiement de la technologie sans contact NFC, inspirée du RFID. AIRTAG contribue fortement à cette révolution!

Après l’appareil photo et le lecteur multimédia intégrés dans le mobile, de nouveaux usages sont à envisager: le porte-monnaie électronique, la carte de transport, le ticket de parking ou encore la carte de fidélité…

Comment est-ce possible?

Grâce à la technologie “sans contact” ou NFC qui permet d’établir une connexion sans fil entre une puce et un lecteur situé à moins de 10 cm. Déjà largement utilisée au Japon, elle arrive en France par le biais de grands groupes et de start-ups comme AIRTAG. Issue d’un contrat d’incubation avec l’ENST, cette jeune société propose depuis deux ans des solutions NFC à destination des opérateurs mobiles et des professionnels de la distribution, du tourisme et de la publicité.

AIRTAG développe, d’une part, des matériels permettant de dialoguer avec les téléphones ou autres objets communiquants “sans contact” (lecteurs, bornes, affiches interactives), et d’autre part, propose les logiciels “middleware” et les applications Java permettant de proposer des services “sans contact” comme des solutions de paiement ou des programmes de gestion de la relation client liés à la mobilité.

Quelle particularité?

La particularité du système NFC c’est que la connexion s’établit même si le portable est éteint ou à court de batterie. C’est en effet le lecteur ou la borne qui “réveille” la puce puis crée le dialogue entre les deux. Le portable est toutefois sollicité lorsqu’il s’agit de télécharger du contenu (informations, plans, clips vidéo ou coupons de promotion) depuis une affiche interactive. Autre avantage : la sécurité. Toutes les applications étant logées dans la carte SIM, propriété de l’opérateur, cela permet une plus grande réactivité en cas de perte ou de vol du téléphone portable.

“La technologie sans contact constitue l’équivalent grand public de la technologie RFID, employée depuis longtemps en logistique ou pour la traçabilité. S’agissant des applications grand-public, les Franciliens connaissent surtout le pass Navigo de la RATP, adopté désormais par près de 3 millions d’usagers”, explique Jérémie Leroyer, PDG d’AIRTAG. La technologie limitée jusqu’alors aux applications de cartes pour le contrôle d’accès ou les systèmes de paiement, se décline donc désormais dans les appareils électroniques et les téléphones mobiles.

Multiplications des initiatives

En France, de nombreuses expériences pilotes ont été lancées depuis deux ans par les trois opérateurs mobiles. Orange prévoit un lancement à Bordeaux d’ici la fin de cette année. Elle permettra aux abonnés d’utiliser leur téléphone dans les transports,  d’accéder à des services de billetterie et de régler leurs achats (et de profiter de leur carte de fidélité) dans les magasins Casino, Galeries Lafayette…  Elle permettra aussi d’accéder à des services d’information ou du contenu publicitaire via le mobilier urbain. En 2009, les trois opérateurs disposeront chacun d’offres commerciales de services mobiles sans contact.

Oberthur Technologies a par exemple fait appel à AIRTAG pour bâtir une offre à destination de la grande distribution et de la restauration rapide. L’application permet au client de passer sa commande sur son téléphone dans la file d’attente. Ses choix sont sauvegardés dans la carte SIM, et sa commande devient effective quand il présente son téléphone devant le lecteur relié à la caisse.

Autre exemple, AIRTAG a conçu pour le distributeur de vêtements Gedenim un programme de fidélisation “sans contact” qui peut être embarqué aussi bien sur une carte que sur un téléphone mobile. Il permet de stocker des points fidélité, de bénéficier de promotions et de services personnalisés en s’identifiant auprès des kiosques interactifs situés à l’entrée des magasins. L’enseigne y gagne une meilleure connaissance des habitudes de consommation de ses clients, et pourra à terme leur adresser des publicités ciblées. Le programme est entièrement compatible avec les téléphones mobiles NFC qui vont faire leur apparition dans quelques mois. “Progressivement, les portables sans contact prendront l’ascendant sur les cartes. D’ici 5 à 6 ans, tous les mobiles seront équipés. On parle beaucoup de l’Internet des objets. Le mobile risque d’être au centre de cette évolution”, pronostique le PDG d’AIRTAG.

Qui est AIRTAG? 

Domaine d’activité : Technologie sans contact
Année de création : 2006
Effectifs : 15
Dirigeant : Jérémie Leroyer
Fondateurs : Cyril Porteret, Guillaume Massis, Jérémie Leroyer
Capital : 69 500€
Levée(s) de fonds : 2M€ en 2007 auprès de Seventure Partners
Actionnaire(s) : fondateurs (majoritaires), Seventure Partners
Chiffre d’affaires 2007 : n.s. Prévisionnel 2008 : autour de 700 000€
Concurrents : Aucun sur ce segment de marché
« La technologie sans contact constitue l’équivalent grand public de la technologie RFID, employée depuis longtemps en logistique ou pour la traçabilité. S’agissant des applications grand-public, les Franciliens connaissent surtout le pass Navigo de la RATP, adopté désormais par près de 3 millions d’usagers », explique Jérémie Leroyer, PDG d’Airtag. La technologie limitée jusqu’alors aux applications de cartes pour le contrôle d’accès ou les systèmes de paiement, se décline donc désormais dans les appareils électroniques et les téléphones mobiles.
Site web: www.airtag.com

Souce: L’Expansion.com