Untitled_1_copy.pngLe mobile sans contact arrive. Avec ces nouveaux téléphones, vous achetez et validez vos tickets dans les transports publics, vous réglez vos achats dans les magasins et vous pouvez même

télécharger une bande-annonce en passant devant l’affiche qui annonce la sortie d’un nouveau film. Le principe est déclinable à l’infini. Ce téléphone capable de stocker l’équivalent de toutes sortes de cartes de paiement et d’accès pourrait aussi être utilisé pour payer le parking, pour remplacer la clé de votre domicile ou pour d’autres opérations qui restent à inventer.

Ce n’est plus de la science-fiction. Le système va en effet être mis en place l’année prochaine à Bordeaux, qui devient ainsi la première ville à se doter d’un vrai bouquet de services mobiles dits sans contact.
Le « mobile sans contact » est une nouvelle façon d’utiliser le téléphone portable. Elle utilise la technologie NFC (Near Field Communication), qui permet des connexions sans fil à courte distance entre deux appareils compatibles. Le principe est simple : le téléphone est équipé d’une deuxième antenne qui gère les échanges NFC et il suffit de l’approcher d’un lecteur pour déclencher une action, qu’il s’agisse de la validation d’un titre de transport ou de l’acquisition d’une page d’information.
Les téléphones actuellement disponibles sur le marché ne permettent pas d’utiliser ces nouveaux services. Les abonnés qui souhaitent passer au NFC devront donc acheter des mobiles qui intègrent cette technologie. Les professionnels estiment que 20 à 30 % des appareils en circulation devraient appartenir à cette nouvelle génération en 2010.

« Début de l’aventure ». La Corée et le Japon ont déjà basculé dans le NFC. En Europe, les opérateurs ont réalisé toutes sortes d’expérimentations depuis deux ou trois ans, mais Orange est le premier à annoncer très officiellement la commercialisation de son offre après une série de tests réalisés notamment à Caen et à Nice. « C’est le début d’une aventure », a affirmé hier à Bordeaux Jean-Noël Tronc, directeur général Orange France mobile (1). « Nous voulons envoyer un signal fort à tous les acteurs du secteur. Nous espérons que cela va faire boule de neige. »
A Bordeaux, Orange s’est associé avec trois partenaires pour concevoir son premier bouquet. Veolia transport : « Plus la peine d’aller au guichet pour acheter votre ticket. C’est le guichet qui vient dans votre poche », souligne son directeur. LaSer Cofinoga : « Le mobile est un outil privilégié de la relation client de demain. Il permet d’assurer le paiement et la fidélisation. » Et Clear Channel, un groupe spécialisé dans la publicité extérieure qui englobe l’affichage, le mobilier urbain et d’autres supports : « Nous allons enrichir le média traditionnel avec des panneaux interactifs : cette technologie nous donne les moyens d’inventer de nouveaux usages et de mesurer l’audience. »