Selon les estimations de Juniper Research, les paiements sur mobile de 204 millions d’utilisateurs généreront des transactions d’une valeur approximative de 22 milliards de dollars d’ici 2011. L’institut d’analyse pense que le marché sera stimulé par l’utilisation croissante de transferts de fonds de personne à personne, ainsi que par la commercialisation de paiements sur mobile basés sur les technologies de communication “en champ proche”.

Mais pour que le marché connaisse la réussite, il est nécessaire d’accorder la priorité à la résolution des problèmes liés aux modèles commerciaux et aux parts de marché, précisent les analystes.

“Il existe déjà la technologie permettant d’activer des systèmes de paiement sécurisés et rapides sur un téléphone portable,” a déclaré Alan Goode, analyste chez Juniper Research et auteur du rapport. “Le modèle commercial doit encore être amélioré, mais on observe des signes positifs émanant de l’industrie, qui créeront un chiffre d’affaires considérable pour tous les composants de l’écosystème. Je suis d’un optimisme prudent concernant le succès à venir des paiements sur mobile.”

Les transferts de fonds et paiements de personne à personne par SMS devraient dominer le marché du paiement sur mobile dans les pays en développement. Dans les pays développés, la plus grande disponibilité des équipements de communication en champ proche pour les paiements sur mobile, couplée au développement d’applications conviviales et sécurisées soutenues par les grandes organisations de cartes de crédits et institutions financières, créeront une alternative saine aux paiements en liquide et aux autres applications de paiement courantes.

Les équipements de communication en champ proche tels que ceux utilisés dans les cartes à puce intelligences (l’Oyster card londonienne par exemple) peuvent être intégrés dans les téléphones portables pour offrir aux utilisateurs une méthode de paiement alternative sans avoir à transporter de l’espèce.